L’implantation d’un dépôt Chimirec à Muret est revenue à l’ordre du jour du conseil municipal ce 7 Juin.

Après un premier vote négatif le 9 novembre 2017 qui avait été adopté à l’unanimité pleine et entière, une 2° enquête publique a été organisée, le conseil d’Etat ayant réformé l’autorité environnementale. Cette enquête d’une durée de 36 jours, et qui a été close le lundi 28 mai à 17 heures, a été ordonnée sur la demande présentée par la société Chimirec Socodelli. Gérard Bellecoste a été désigné en qualité de commissaire enquêteur.

Lors de ce dernier débat en conseil municipal, monsieur le maire a précisé le flou du libellé de la raison sociale (« Certains produits issus de l’industrie » ou encore « La nature des produits traités laisse à penser qu’il pourrait y avoir d’autres produits que ceux présentés (produits basiques ou acides, ETC ) »

Monsieur le maire a fait savoir que les communes limitrophes, Saubens et Roques, ont déjà opposé un refus à cette implantation. Seysses n’a pas pris de position contre.

Lors du débat municipal, seul François Moisand a fait valoir qu’il ne s’opposait pas au projet, arguant que certes il y a un risque mais que la réglementation sur les études de risques et sur la gestion des risques s’appliquerait.

Suite au vote, le permis de construire ne sera pas délivré. Chimirec va certainement contre-attaquer en justice. La décision finale sera donc prise à la fin des procédures par le Préfet.

Il ne faut pas non plus ignorer la pression du groupe Facebook « Seveso à Muret, Non Merci ».