Les 11 et 18 juin 2017, vous élirez à l’Assemblée Nationale le représentant du Comminges et du Savès.

Pour nous Gascons d’origine ou d’adoption, ce sera l’occasion de faire entendre notre voix et de voter selon nos propres intérêts économiques, sociaux et culturels.

Nos intérêts ? Parlons-en !

Ils ont toujours été bradés par des partis parisiens dirigés par des technocrates et des énarques. « Tout diriger depuis Paris », telle pourrait être leur devise. La France reste donc le pays d’Europe occidentale le plus centralisé. Le budget de la région Occitanie n’est pas plus important que celui du département de la Haute-Garonne. La quasi-totalité du budget culturel de l’État est dépensé en Île-de France. On développe les lignes TGV à partir des gares Parisiennes et on ferme nos lignes régionales. Nous attendons toujours notre TGV Grand Sud reliant Bordeaux à Nice. Les exemples pourraient être multipliés à l’infini.

Aujourd’hui, pour prendre notre destin en main, nous avons besoin d’une nouvelle politique, plus proche du citoyen et de ses problèmes.

NOUS VOULONS DÉCIDER DE NOTRE AVENIR ! / VOLÈM DECIDIR DE NÒSTRE AVENIR !

L’impôt et l’épargne de toutes les régions occitanes de la République Française (Occitanie, Nouvelle Aquitaine, Provence-Alpes-Côte d’Azur, Auvergne-Drôme-Ardèche) doivent aussi être majoritairement réinvestis dans les dites régions Occitanes.

Renforçons-donc la régionalisation pour faire face à la situation que nous subissons : toujours plus de chômage, des problèmes de transports, une agriculture sacrifiée, la désertification des campagnes quand, dans un même temps, les grandes agglomérations s’asphyxient, les acquis sociaux sont menacés, notre façon de vivre remise en cause, l’exil des jeunes et notre culture Occitane (Gasconne) ignorée, quand elle n’est pas combattue.

Nos régions occitanes et notre circonscription Comminges-Savès méritent d’être reconnues. Outre le développement indispensable du pouvoir régional, il faut améliorer la politique éducative et de formation en répondant davantage aux besoins réels du marché de l’emploi régional. Il faut soutenir et favoriser la création d’entreprises TPE, PME en zone rurale qui sont les véritables créateurs d’emplois.

Pour cela, il faudrait voter des Lois efficaces et appliquées aidant les créations d’emploi dans les zones défavorisées. Halte au saupoudrage clientéliste !

Un meilleur aménagement du territoire.

Il faudrait aussi des Lois pour un meilleur aménagement du territoire, favorisant les transports publics, les infrastructures, les moyens modernes de communication comme la fibre optique afin de pouvoir travailler « au país », sans oublier de développer le tourisme.

Il faut renforcer l’axe Bordeaux-Toulouse-Montpellier pour permettre le développement d’un carrefour économique entre monde atlantique et monde méditerranéen, cet atout exceptionnel ne doit pas être bradé par les personnels politique de Bordeaux et de Toulouse, dont les querelles partisanes n’ont aucun intérêt !

La construction, l’habitat, l’organisation de la ville, le choix des modes de transport des personnes et des marchandises, la réalisation des grands équipements doivent se faire au plus près des citoyens. Le tissu associatif des banlieues doit notamment être un partenaire privilégié pour résoudre les problèmes de nos cités. Il faut agir pour le respect et la préservation de notre environnement (Gorges de la Save…).

Contre la désertification et créer du lien social.

Pour éviter l’instauration d’une société à deux vitesses, la défense des acquis sociaux (sécurité sociale, paiement des retraites etc.) et la solidarité doivent être des priorités d’une politique sociale ambitieuse. Celle-ci passe par le maintien des services publics existants (hôpitaux, maternité, bureaux de poste), autant de mesures pour lutter contre la désertification et créer du lien social.

Nos régions occitanes, aux traditions riches et vivantes, sont riches de leur histoire et de leur identité. Notre langue occitane (gascon) enseignée dans le monde entier et officielle dans notre territoire voisin du Val d’Aran, nos fêtes, la chasse, la pêche, le rugby, notre cuisine font partie de notre univers quotidien et si c’est pour nous un atout touristique indéniable, ce n’est en rien superficiel : notre patrimoine et notre culture sont ancrés au fond de nous-mêmes, ils ne sont pas là seulement pour attirer les touristes. Que seraient les régions occitanes sans eux ? des régions sans âmes façonnées par des technocrates parisiens.

C’est pourquoi, sans passéisme et tournés vers l’avenir, nous devons donner à notre culture les moyens de son maintien et de son développement.

Notre culture occitane ? un atout pour l’avenir ! / Nòstra cultura occitana ? un atot entà l’avenir !

Face aux partis de droite ou de gauche déchirés par des querelles internes relevant plus d’ambitions personnelles et d’enjeux parisiens, en votant Occitan, vous votez intelligent, vous soutenez sans chauvinisme aucun une politique novatrice et moderne qui prend en considération les problématiques locales spécifiques. Vous porterez votre suffrage sur des candidats qui n’auront de comptes à rendre qu’à leurs électeurs et non à des états-majors parisiens coupés de nos réalités.

Jérôme PIQUES

remplaçante : Dominique DARROZES

Candidats présentés par le PARTI DE LA NATION OCCITANE (P.N.O.) avec le soutien du collectif BASTIR OCCITANIE

 

 

_____________________________________________________________

 

 

ÉLECTIONS LÉGISLATIVES DES 11 ET 18 JUIN 2017

Département de la Haute-Garonne – 8ème circonscription Comminges-Savès