lecture

Montréjeau : Eth Ostau Comengés et les guerres mondiales

Une idée cadeau pour les fêtes

Saint Plancard : « Les Bagnards de Sedan » par Jean-Claude Auriol

“Effaçons la haine mais conservons le souvenir”

SAINT-GAUDENS : Un nombreux public pour la conférence sur la résistance en Haut-Comminges

Trois cantons Haut-Garonnais dans la guerre ASPET – LUCHON – SAINT BEAT – en 1939 – 1945. Ce chercheur détaille sa méthodologie qui s’appuie sur les souvenirs des témoins vivants, les écrits gardés par les familles et les livres et archives nationales. En avant propos son approche porte sur l’environnement sociologique, économique et politique du Comminges qui conditionnent l’esprit de la résistance à venir. Les conditions sont ainsi réunies pour susciter des révoltes individuelles ou collectives. La résistance s’organise

Des moments possibles : Un roman de Nadine Lamaison, auteure de Saint Julien sur Garonne

Des moments possibles, né de la plus incisive des angoisses de l’auteure, est un roman bouleversant qui met en exergue la tourmente des émotions et des sentiments, et les dissèque avec une subtile acuité. Dans ce texte d’une rare sincérité, les personnages sont marqués au sceau de la souffrance mais aussi de la lucidité.

Les premiers ordres de la chevalerie : Défense de l’esprit de corps, de l’élitisme et de la foi chrétienne!

Les premiers ordres de chevalerie, qui apparaissent en Occident au XIVe siècle, s’inspirent d’un idéal chevaleresque forgé au Moyen Âge classique. À cette époque, les monarques et les princes souverains mettaient progressivement en place des ordres placés sous leur autorité directe et fondés sur le partage de valeurs morales, principalement la défense de la foi chrétienne, l’esprit de corps et l’élitisme. Pour ce faire, ils s’inspiraient des rituels des associations religieuses et de l’organisation des ordres militaires nés dans le contexte des croisades et de la Reconquista.