De mémoire de cazériens on n’avait jamais vu cela : Un conseil municipal à huis clos. Quel événement extraordinaire a prévalu pour que Monsieur Rivière, nouveau maire élu, prenne une telle décision après vote de l’assemblée communale ?

Moins de 2 semaines après avoir été officiellement élu maire de Cazères, Jean-Luc Rivière a de nouveau créé la surprise dans la soirée du mercredi 6 octobre en demandant que le conseil municipal soit tenu à huis clos. Une mesure qui soulève beaucoup de questions, d’autant que les 32 points prévus à l’ordre du jour ne semblaient poser aucun problème particulier. Ils faisaient simplement la part belle au vote des indemnisations des élus et des désignations des délégués et autres correspondants de la municipalité dans de nombreuses instances.

Il était 20h00 lorsque les élus et une vingtaine de spectateurs se sont installés dans la salle du conseil de la mairie. Après l’élection du secrétaire de séance, le huis clos a été voté à la demande du maire. Le public a été immédiatement prié de se retirer à l’extérieur de la mairie. Parmi ce public on notait la présence de Maryse-Hélène Malroux, 3e candidate à la mairie qui avait appelé à voter au deuxième tour pour Monsieur Rivière et le directeur de la régie d’électricité ; et bien sûr les représentants de la presse.

Cette décision votée par tous les conseillers de la majorité, mais refusée par ceux de l’opposition a soulevé de nombreuses interrogations. Elle a suscité surtout beaucoup d’incompréhension, étant donné que Jean-Luc Rivière n’a eu de cesse durant toute sa campagne électorale de pointer du doigt le manque de transparence de l’ancien maire Michel Oliva et de la majorité sortante !

Alors le mieux était de demander le pourquoi du comment à Monsieur Rivière.

Les explications fournies sont d’une tout autre dimension. Depuis le 1er octobre il avait été demandé aux maires de l’arrondissement de Muret de revenir dans les salles dédiées pour que les conseils municipaux se tiennent à nouveau dans ces lieux. Il y avait beaucoup de public ce soir-là selon monsieu Rivière. Je cite : « entassé au fond de la salle qui est petite, et dont certains sans masque ». De nombreuses déambulations étant prévues à cause d’élections, Monsieur le Maire a décidé de demander un huis clos pour des raisons sanitaires. Il n’a fait aucune exception même vis-à-vis des 2 représentants de la presse pour éviter toute polémique sur ceux qui peuvent rester ou pas. Un huis clos est un huis clos.

Par ailleurs le conseil municipal s’est tenu, selon plusieurs sources, sans incident si ce ne sont des échanges républicains contradictoires entre une majorité et une opposition.

Fort de cette expérience, Monsieur Rivière, après avoir rencontré Madame la Sous-Préfète, a formulé une demande écrite pour pouvoir organiser les futurs conseils municipaux hors de la mairie et d’éviter à nouveau de telle situation.

Les maires ont la possibilité juridique de réunir un conseil municipal à huis clos pour éviter notamment des « manifestations de désapprobation en cours de séance ». Est-ce que les conditions sanitaires font partie des cas prévus par les textes ?