Le 16 octobre 2020, Samuel Paty était sauvagement assassiné pour avoir fait son métier d’enseignant, simplement, courageusement, et avoir, dans sa haute mission auprès de la jeunesse, illustré un cours d’enseignement moral et civique sur la liberté de la presse par des caricatures.

Sur notre territoire du sud toulousain, de nombreuses manifestations avaient été organisées et les correspondants locaux de Petite République en avaient rendu compte dans leurs colonnes. J’avais quant à moi assisté à celle de Carbonne. Un moment de fraternité, un moment de partage, un moment d’émotion. Un an après où en sommes nous ? Y aura-t-il des cérémonies organisées pour ne pas oublier ce héros ou bien serait-il mort pour rien? Serait-il tombé dans l’oubli, victime de l’immédiateté de l’émotion, avant de retomber dans un fait divers dissipé par le temps qui passe? A-t-on vu des rues proches des écoles ou des lieux d’enseignement de nos territoires se voir baptiser « Samuel Paty » ? De l’ordre de l’anecdote quant à la quotité mais il ne glorifie que mieux ceux qui ont osé.

Je me refuse à cet oubli et espère que les élus, les enseignants auront à cœur de marquer cette terrible date anniversaire.

Il n’est pas de liberté de conscience sans liberté d’expression, pierre angulaire d’une république démocratique et citoyenne.

Allons participer clairement aux manifestations publiques là où elles seront organisées par la République en hommage à l’un de ses martyrs. L’école laïque de la République est le lieu de l’apprentissage de la citoyenneté, lieu de transmission et d’appropriation du savoir par l’exercice d’un jugement raisonné. En commettant ce crime abominable, c’est l’école laïque républicaine qu’on veut abattre.

Avec cet acte inqualifiable de lâcheté et de cruauté, ce sont les fondements de la République qui ont été attaqués et chacun d’entre nous ne peut se tenir à l’écart de ce combat.

Dans un moment où les forces antirépublicaines trouvent un écho de plus en plus assourdissant, rendons visible et perceptible notre soutien indéfectible à la République, indivisible, laïque, démocratique et sociale.