Quelle idée a eu ce nouveau variant du virus, de plus très contagieux, d’arriver juste au moment de l’été. On était si heureux d’être sorti de cette pétaudière des restrictions pour savourer la liberté enfin retrouvée. Ah! le bonheur d’aller rôtir sur la plage, enfin agglutinés les uns contre les autres, sans barrière gestuelle autre que l’élastique du string! Et voilà ti pas que ça recommence ! Un delta venu des Indes sème la pagaille dans notre société. Nous avions déjà des violences conjugales et des divorces à l’occasion du confinement, et bé rebelote avec le delta. Nous sommes en guerre mais pas celle qu’avait imaginée notre cher président jupitérien.

Chacun a un avis bien tranché, persuadé bien entendu, que le sien est la Vérité. Il y a les pour, les contre systématique à moins que ce ne soit l’inverse et, ceci dit en passant, quel que soit le sujet évoqué. Il y a les disciplinés et les raisonnables, généralement dans le camp des plus âgés qui ne supportent pas tous ces gauchistes anarchistes qui parlent de liberté individuelle ou autre débilité inacceptable, bien sûr. Ne parlons pas des complotistes avec des vérités acquises de source sûre, les politiques dont certains de très mauvaise foi, avec des arrière-pensées électoralistes à venir, sans oublier les scientifiques et leurs recommandations que plus personne ne croit depuis longtemps, tellement ils ont su se décrédibiliser sur les plateaux télévision.

Comment ne pas avoir une pensée particulière pour les soignants qui se sentent « les mal aimés » parce que les autorités et une partie de l’opinion publique veulent les obliger à se faire vacciner pour empêcher une transmission nosocomiale. Et oui, ces braves gens applaudis un temps, sont montrés du doigt car ils exigent de pouvoir faire un choix personnel au nom d’une liberté individuelle plutôt que de se soumettre aux contraintes professionnelles qui les obligent. J’aime bien les statisticiens qui comparent le nombre de morts de la Covid 19 avec celui des morts de faim, du cœur, du cancer, ceux d’autres épidémies les plus diverses, justifiant ainsi de tout laisser tomber car finalement le nombre de morts de la Covid ne pèse pas lourd.  Ces défunts qui passent du statut d’être humains incluant la compassion à de simples chiffres jetés sur une feuille de papier. Mettre l’argent ailleurs… et préserver à tout prix les  libertés individuelles…

J’aime aussi beaucoup les arguments trouvés pour ne pas se faire vacciner. Je laisse de côté ceux qui sont contre tous les vaccins car ils ont une certaine cohérence même si on peut ne pas la partager. Non, je parle des nouveaux adeptes. Dans la tranche supérieure, nous avons ces biens informés qui sont persuadés que le vaccin contient des puces ou des nanoparticules qui vont asservir le monde : Le transhumanisme ou l’asservissement des peuples à très grande échelle par un vaccin, dans le seul intérêt d’une classe dirigeante qui tire les ficelles au nom du profit et de la religion de l’argent. Sont bien placés aussi, ceux qui nous disent que l’on n’a pas assez de recul sur l’ARN Messager qui, rappelons-le, est une invention française de 1965 qui valut le prix Nobel de médecine à André Lwoff, Jacques Monod et François Jacob « pour leurs découvertes concernant le contrôle génétique de la synthèse des enzymes et des virus ». Pas de recul, je vous dis !

De manifestations, bien sûr interdites malgré les fondamentaux de la Constitution, reprennent de plus belle en France, avec au-delà des arguments purement Covid, la crainte vers une dérive totalitaire et une disparition des libertés individuelles, au détriment d’un intérêt collectif qui n’est plus reconnu en tant que tel. Avec un tant soit peu d’espièglerie, j’aime à m’amuser et imaginer qu’elle aurait été la réaction des Français si une telle crise avait été gérée par une madame Le Pen, un monsieur Xavier Bertrand ou Mélenchon, une madame Pécresse ou Hidalgo sans parler de Francis Lalanne ou Jean Marie Bigard bien sûr ! Et comment auraient-ils géré cette crise si tenté même qu’on la reconnaisse en tant que telle?!

Que faudra-t-il faire pour tuer cet individualisme qui fait plus de dégâts à notre époque que tous les autres maux réunis ? Comment retrouver la confiance, le sens de la République et de l’intérêt collectif ? La montée en puissance des territoires comme on vient de le vivre pendant la crise et une décentralisation mieux aboutie sont-elles une solution ? Il est urgent de trouver une porte de sortie.

Bon, je m’apprête à repartir au Mali. Comme à chaque fois depuis des années, je vais présenter à la descente de l’avion mon passeport vaccinal jaune qui prouve que je suis vacciné contre la fièvre jaune. Depuis que le vaccin existe, la fièvre jaune a disparu de ce pays. Personne ne dit rien.  C’est quand même génial, même s’il reste le palu qui fait des ravages. Dommage, on n’a pas encore de vaccins pour cette maladie qui ne sévit que dans des pays pauvres. Etonnant non ! Bonnes vacances à tous.