JS Billaud-Chaoui maire d’Aspet a interpellé les élus politiques sur le problème le mécontentement des petits commerces face aux règles sanitaires.Parmi les élus interpellés, Joël Aviragnet, député du Comminges et du Savés que nous sommes allés rencontrer :

PR : “Joël Aviragnet quel est votre position sur la demande du maire d’Aspet, concernant le mécontentement des commerçants?”

J.Aviragnet :

“Le parlement a voté l’état d’urgence sanitaire mais c’est le gouvernement qui gère la mise en application dans le détail. La question à poser est : “Qu’est ce qui fait qu’un petit commerce devrait être fermé ? Est-ce que son ouverture met la population en danger ou pas”. Ma boussole,pour répondre aux questions c’est toujours le territoire et je vois bien à Encausse par exemple, à Aspet c’est pareil, qu’il n’y a pas plus de danger chez le coiffeur qui prend un client à la fois et sur rendez-vous, qu’à la boulangerie.

Avec mon groupe (socialiste) nous avons déjà interpellé sur ce sujet à l’assemblée nationale. A la prochaine session nous reviendrons encore sur le sujet.Pourquoi, la chasse, pourquoi Gifi, Leclerc … ? Si les chasseurs peuvent se rencontrer pourquoi pas d’autres groupes. Il y a beaucoup d’incohérences, beaucoup d’injustices.La fermeture des petits commerces sur nos territoires n’est pas compréhensible.Je pense que ce sont des mesures prises d’après ce qui se passe en ville.Les maires peuvent prendre des arrêtés locaux pour autoriser l’ouverture de certains commerces mais cela n’a aucune valeur juridique.

Le problème c’est que toutes les décisions sont prises à Paris, aucune écoute, je suis un peu surpris car Jean Castex est un élu de territoire.Jamais l’assemblée n’avait autant dénigré l’opposition, le gouvernement pense qu’il sait pour tout le monde.Je passe beaucoup de temps à leur rappeler ce qu’est la vie à la campagne. Le rôle d’un député est de faire remonter les problématiques de territoire mais on n’est pas écouté, c’est comme si tout était décidé d’avance.

Pour conclure, avec mon groupe nous allons demander au gouvernement de mettre en place une consultation entre les préfectures et les maires afin des décisions puissent se prendre localement”