Ce 11 mai 2020, premier jour du déconfinement, le syndicat CGT de l’hôpital de Saint-Gaudens en a fait une journée symbolique de revendications.

“Nous ne sommes pas des héros, nous faisons notre métier, mais il nous faut des moyens” s’est exprimé Jean-Michel Bernoville, secrétaire du syndicat CGT.

Des moyens pour repartir.

Parmi les demandes importantes, une ré-ouverture des lits supprimés depuis 6 ans.

Mais également, un recrutement immédiat d’infirmières (infirmiers) et d’aide soignantes (aides soignants) dont le diplôme est galvaudé par des recrutements en petits contrats et sur dossier. Le métier est  donc moins attractif.

Des revalorisations salariales ( dégel du point d’indice) pour tous les agents hospitaliers et non des primes.

Une réforme de la loi HPST, pour que l’hôpital ne soit plus géré comme une entreprise avec une logique de rentabilité.

“Le taux d’activité normal va repartir , les problèmes n’ont pas disparu , nous voulons un hôpital de qualité et les “héros” sont fatigués”.