En 2017, Lisa élève de seconde au lycée Bagatelle à Saint-Gaudens avait déjà fait l’objet d’un reportage au sein de petiterepublique.com. Cette jeune fille venait d’acquérir un titre de championne de France de tir handisport à la carabine à 10m. Nous disions à son sujet qu’elle avait de la suite dans les idées. Elle vient de le prouver une fois de plus en s’illustrant aux derniers championnats  de France qui viennent de se tenir à Lorient, en Bretagne.

Aujourd’hui, en terminale, toujours à Saint-Gaudens, forte de son expérience dans la discipline, toujours coachée par David Adelle, elle poursuit son ascension et fait bien sûr honneur à son club. Le président Sylvain Penicaut n’est pas peu fier des éléments de son club qui se mettent régulièrement en valeur et de Lisa en particulier! Plus de 400 licenciés venus de tout le sud de la Haute-Garonne, et des départements limitrophes fréquentent le Club de tir Saint-Gaudinois.

Lisa au milieu de tous ces licenciés suit une route qui semble toute tracée. Depuis 2011 déjà sous la houlette de David Adelle, elle fréquente tous les mercredis le pas de tir pour des séances qui forgent déjà un caractère bien trempé avec en point de mire de nouveaux défis. L’année 2019 a bien débuté et le voyage en terre bretonne s’est soldé avec deux médailles ( une en or au tir à 10m couché, une en argent au tir à 10m debout ). Les spécialistes le savent bien mais pour le profane, le tir couché signifie que l’on effectue le tir en appui sur son coude.

Cette compétition nationale s’ajoute aux autres compétitions disputées à l’échelon international, en Pologne ( 6ème), la coupe du monde à Châteauroux ( septembre 2018) avec une médaille de bronze par équipe. Pour tout tireur si l’important est bien sûr la place obtenue ou un titre, l’objectif est surtout d’être le plus régulier possible avec un quota de points au-delà des 630 qui permet de se situer au plus haut niveau. Dans une compétition comme c’était le cas au championnat de France il faut tirer 60 plombs en 1 heure ( tir debout ), 50mn (couché). La concentration ainsi que le sang-froid sont indispensables. Et si Lisa fait partie de l’équipe de France espoir, ses ambitions se situent bien au-delà.

De la ténacité et un moral d’acier.

Plus qu’une ambition, c’est une obsession, celle des champions qui lui permettrait de réaliser des compétitions avec un quota de points supérieur à 630. Elle adhère d’ailleurs à l’association ” Objectif 654″ dont l’objet est de promouvoir, aider et accompagner les athlètes visant le haut niveau en tir sportif à la carabine à 10 et 50 m. La compétition de haut niveau est exigeante physiquement mais aussi financièrement. Il faut un équipement adapté, et posséder les armes de compétition. Lisa a une carabine à plomb pour les épreuves à 10m et une carabine 22 long rifle pour le tir à 50m. Et puis ce qui n’a pas de prix mais que possède déjà Lisa ( c’est son entraîneur David qui le dit ), elle a un moral exceptionnel. Le stress n’est pas un handicap mais lui procure ce supplément d’âme et d’énergie pour l’autoriser à viser toujours plus haut.

Les rêves de Lisa…

Pour l’instant, il faut continuer à travailler d’arrache-pied même si Lisa est consciente que 2 heures hebdomadaires d’entraînement sont insuffisantes. Il faudrait bien plus mais David  est ce moteur qui l’accompagne depuis  5 ans maintenant et le duo fonctionne bien. Lisa a fixé sa ligne de mire ( à court terme) sur les championnats du monde à Sydney, en octobre prochain et à plus long terme sur les JO de Paris (à la maison), en 2024.  En attendant quoi qu’il arrive , Lisa savoure l’instant présent…