Mardi 6 août, fête de la transfiguration de Jésus, s’est déroulé comme chaque année le pèlerinage au Pic Saillant, pointe la plus visible du massif du Gar.

C’est en 1936, comme l’indique la thèse de doctorat de Raymond Lizop, qu’une croix de cinq mètres de hauteur, montée en pièces détachées à dos de mulet, a été posée à cet endroit.

Cette croix est due au travail de Pierre Dupuy et réalisée dans son atelier de mécanique générale de Marignac durant l’été 1936.

Le comité de construction de la croix était présidé par Joseph Dumail, maire d’Antichan et avec l’accord des différents maires des environs du Gar.

Le prix convenu à forfait pour la croix finie et posée était de 2.400 francs. Cette somme a été réglée en trois versements : 26 et 29 septembre et 31 décembre 1936. Cent francs de gratification supplémentaire ont été attribués à Pierre Dupuy.

La décision de planter une croix, symbole chrétien, à la pointe du Pic du Gar, s’explique par la volonté des chrétiens de 1936 de donner une orientation chrétienne à la vénération antique que les païens avaient toujours vouée à la montagne du Gar.

L’inauguration de la croix s’est déroulée le 14 septembre 1936, fête de l’exaltation de la Sainte-Croix.

Quelques 200 personnes ont assisté cette année à la messe dite par le Père Dominique 75 ans, ancien curé d’Aspet et montagnard, actuellement curé de Grenade. Il remplaçait son homologue de Luchon. Pour lui, ce moment est un moyen de se ressourcer et de prendre des forces spirituelles. Il était assisté par le Père Jean-François, 73 ans, curé en retraite, mais qui fêtera en 2020 les 50 ans de son sacerdoce.

Après la messe, tous se sont retrouvés au refuge du pic du Gar où le verre de l’amitié fut partagé. Il était offert par l’union sportive et culturelle antichannaise.

Bernard Dumail, maire d’Antichan depuis 25 ans était bien entendu présent comme tous les ans. « La première fois que je suis monté ici, j’avais 3 ans, j’étais sur les épaules de mon père. Depuis, je reviens chaque année. » A signaler que son père a été maire d’Antichan durant plus de 40 ans.