L’équipe de l’atelier cycles / sous-traitance de l’ESAT le Ruisselet de Rieux Volvestre au Tour de France.

Sortir le handicap de son isolement, permettre à chacun d’entre nous de pouvoir porter un autre regard sur ce qu’on ne connait pas et qui peut inquiéter ou procurer une certaine gêne doit devenir une évidence, une nécessité sociétale.

Non les handicapés ne sont pas des extra terrestres qui vivent sur une planète différente. Des êtres sensibles, généreux, attentifs aux valides et au monde dans lequel ils vivent c’est à dire le notre, c’est à dire le leur, ou plutôt celui qu’on partage tout simplement…

Alors le meilleur moyen de sortir de ce qui pourrait être un isolement, c’est de mettre en place, avec le soutien sans faille de leur encadrement, des projets originaux. Le projet Tour de France est l’une de ces idées originales pour se faire connaître et reconnaître.

A l’occasion du passage de Tour de France le 18 juillet dans notre région, l’atelier cycles du Ruisselet a monté un stand de réparation vélos à Saint Elix le Château, commune très proche de Rieux-Volvestre où se situe l’ESAT (Établissement et Service d’Aide par le Travail). Une activité liminaire très importante et la construction d’une opération qui demande beaucoup de détermination et d’engagement à tous les niveaux. Un seul mot d’ordre : « On ne lâche rien »

Avec ce stand, l’équipe a mis en avant les différentes activités (8 ateliers différents) de l’ESAT. Ce projet a permis au public de découvrir le travail, les grandes compétences et les capacités insoupçonnées des travailleurs.

Lors de cette journée d’échanges, les adultes en situation de handicap qui travaillent et qui vivent à l’ESAT de Rieux Volvestre, ont trouvé toute leur place au sein de la population en gommant toutes les différences.

Ce passage du Tour de France a laissé de nombreux souvenirs à toute l’équipe de l’atelier cycles / sous-traitance mais également à tous les personnes qui ont pu côtoyer ceux que l’on qualifient à tort, me semble-t-il, d’handicapés. Des personnes différentes certes mais ne sommes nous même pas tous différents dans bien de secteurs de notre vie ou de notre personnalité ?

A propos du handicap Alexandre Jollien disait dans l’éloge de la faiblesse  : « Très vite, j’eus l’intuition qu’en fuyant le handicap, on s’isole. Il est là, il faut l’accueillir comme un cinquième membre, composer avec lui. Pour ce faire, la connaissance de ses faiblesses me semble primordiale »