En ce 14 juillet, un hommage a été rendu au président de la République, mais aussi maire de Muret, Vincent Auriol.

Cette cérémonie s’est déroulée en présence du maire actuel, André Mandement, accompagné de nombreux adjoints, de Christophe Delahaye représentant le Conseil Régional, d’une délégation du Souvenir Français.

C’est à la sous-préfète Sabine Oppilliart, chargée de mission auprès du Préfet de Région, qu’a été dévolue la mission de retracer le parcours de ce fils de boulanger. Voici quelques extraits du discours-hommage prononcé:   

« Né en 1884 à Revel, étant fils unique il aurait naturellement dû reprendre l’activité de son père mais, au vu de ses résultats scolaires, il poursuivra ses études et obtiendra le baccalauréat avant de suivre des études de droit à Toulouse, avec le doyen Hauriou comme professeur. Ami et fidèle de Jean Jaurès puis de Léon Blum, il sera élu député en 1914 puis maire de Muret en 1925 et conseiller général. Le 10 juillet 1940, il fait partie des quatre-vingt députés qui refusent les pleins pouvoirs au maréchal Pétain.                                               

Après un placement en prison à Pellevoisin puis en résidence surveillée à Muret, il rejoint les maquis en octobre 1942 et l’Angleterre en 1943. Elu président de la République le 16 janvier 1947, il montre dans l’exercice de cette responsabilité l’aboutissement d’un long engagement au service de la France. ».

Ce furent ensuite les dépôts de gerbe avant l’interprétation de « La Marseillaise » par l’harmonie municipale.