Professeurs en colère au Pays du Sud Toulousain : Va-t-on vers l’enterrement de l’éducation Nationale ?

Pourquoi cette colère, c’est ce que nous leur avons demandé.

« Tout d’abord, on ne ferme plus d’école ? Non, on ferme des classes par dizaines. Rien que dans la circonscription de Rieux-Volvestre, 12 classes de maternelle et primaire sont supprimées pour la rentrée prochaine. Ensuite les écoles défavorisées, les familles précarisées, cela entraine des difficultés sociales et d’accès aux loisirs et à la culture dans nos zones rurales, tout ceci est nié par le gouvernement.

Avec moins de profs il y aura plus d’élèves par classe et de ce fait, une éducation dégradée.

Il ne faut pas oublier qu’il y a de plus en plus de contrats précaires et de personnels en difficulté car, faute de remplaçants formés, on embauche de plus en plus de personnes en contrat précaire, ce qui dégrade la qualité d’enseignement.

Autre sujet de notre mécontentement, l’inclusion bradée des enfants en situation de handicap… »

Tant de problèmes soulevés par les enseignants de notre secteur qui se sont retrouvés, pour la plupart vêtus de noir, jeudi dernier devant la mairie de Carbonne pour « L’enterrement de l’Éducation Nationale ». Cercueil en tête de cortège, moine, accordéon suivis par de nombreux collègues, la procession a traversé le marché hebdomadaire pour se rendre place de la République.

Après un repas sorti du panier, c’est en covoiturage que les professeurs des écoles et des collèges se sont rendus à Toulouse pour la grande manifestation prévue dans la ville Rose.