La Réole : 22 – Aspet : 14 (M/T : 12 – 8)

Composition Aspet : Bares, Ortet, Courtade, Meynaud, Chaubard, Lorjou, Johannes, Berges, Gardelle, Marcu, Masse, Hermantier, Pointis, Halahagu, Plat, Coumes, Maclou.

 

Dommage.

Dimanche, les Loups du Cagire retrouvaient leurs adversaires de la Réole pour la troisième confrontation de la saison, cette fois pour le compte des quarts de finale du championnat de France DN2. On se souvient que les deux équipes s’étaient rencontrées il y a quinze jours pour la dernière journée du championnat et qu’Aspet avait perdu le match à domicile et la première place de la poule sur une bévue regrettable.

Cette fois, les Girondins avaient l’avantage de jouer la revanche sur leur terrain. De son côté, après de mûres réflexions,  le staff des Loups avait composé le meilleur groupe possible capable de faite plier la Réole sur son socle. Tout au long de la saison, tous les joueurs d’Aspet ont forcé le respect et la sélection faite sur la feuille de match a forcément frustré les non-retenus…

La partie était plutôt bien entamée puisque Aspet ouvre le score en début de rencontre grâce à Ludovic Meynaud, un essai transformé par Loïc Lorjou. Sans surprise, comme lors des rencontres précédentes, le match est très équilibré et la réaction de la Réoole ne se fait pas attendre. L’égalisation remet les deux équipes dos à dos. En réussissant une pénalité, Loïc Lorjou redonne un court avantage avant que, juste avant la pause, la vapeur s’inverse de nouveau quand l’adversaire score un nouvel essai transformé.

Seconde période, dès la reprise, c’est au tour du bon Julien Barrès de redonner l’espoir aux Commingeois. Lorjou transforme et Aspet reprend le flambeau. La sensation sera brève. Le chassé-croisé continue, la Réole marque et reprend l’avantage avant de faire le break et de creuser encore un peu plus l’écart. Les Loups du Cagire donnent alors toutes leurs tripes dans la partie. Ils parviennent à marquer à deux reprises sans que leurs aplatis soient validés par l’arbitre. Les décisions arbitraires agacent, un Loup voit rouge et écope d’une biscotte de la même couleur.  La Réole parvient à contenir les attaques répétées de la meute qui échoue et pourra toujours nourrir des regrets. La victoire n’était sans doute pas loin mais la saison est pourtant bien finie.

« Les nôtres ont fait un très gros match face à des gros durs, lâchera à chaud l’entraîneur Alain Arréou. Il y avait la place de gagner, c’est dommage. Deux essais nous sont refusés sur des décisions très discutables. Cela fait partie du jeu, c’est comme çà…. »

Brice Rohaut.