La très belle exposition de Mathieu Berthuel-Bonnes présentée à des élèves peintres.

Les ateliers d’arts plastiques de Juzet d’Izaut se sont sont déplacés à Martres Tolosane pour aller visiter l’exposition actuelle au Grand Presbytère baptisée « Sacrebleu ». Invitation au voyage à travers le bleu. C’est un artiste local, Thomas Berthuel-Bonnes qui présente ses œuvres jusqu’au 5 mai au Grand Presbytère. Quatre séries disséminées sur les deux niveaux : L.I.A.B (« Life is the breath »)- Phosphènes – Chromatic tension – Cieux et eaux.

En cohésion avec ce travail très contemporain sont exposées également des céramiques anciennes et modernes des Ateliers d’Art Faïencier Martrais. Rendez-vous pris avec l’artiste, les peintres-élèves ont pu largement échanger avec lui, qui n’est pas avare d’explications et livre volontiers ses secrets. Très vite Thomas immerge son auditoire dans son univers artistique, dévoilant ses idées foisonnantes, ses démarches et ses sujets d’inspiration.

Ce fut une très belle rencontre, bien riche en informations, une belle leçon culturelle sur une démarche de peinture abstraite. Thomas Berhtuel-Bonnes est un artiste qui se veut accessible, n’y perdant rien de son authenticité, de sa sincérité et le discours est captivant. A l’observation de ce travail indéniablement très personnel, on pense à Pierre Soulages pour la trace de l’outil, Yves Klein pour le bleu, Hans Hartung pour le geste, Claude Vialat pour la répétition du motif, autant d’artistes reconnus dans leur pratique, mais là tout est bleu ou presque.

« La démarche abstraite est très difficile à enseigner. C’est un chemin qui se trace dans le subconscient, dans l’être de chacun. Donc, on donne des pistes à explorer. Plonger dans l’univers abstrait d’un peintre est un excellent moyen de connaitre des démarches qui ont mené au travail présenté. Il ne s’agit pas ensuite de tenter les mêmes démarches, c’est néanmoins  une exploration bien constructive. » déclare Jocelyne qui anime ces ateliers.

Le temps a passé vite dans cet univers, en ce lieu magnifique et les visiteurs sont repartis des idées de création plein la tête, de quoi bien fournir le sujet des futurs ateliers. Le prochain voyage de l’atelier Juzet d’Izaut pourrait bien se diriger vers le musée Pierre Soulages à Rodez.