Les 5 et 6 avril s’est déroulé le 16ème  Festival Passa-Pòrt à Montrejeau à l’initiative de l’Ostau Comengés. Cette fois ci encore, le Festival n’a pas dérogé à sa réputation malgré les caprices du temps. Ce fut cette fois plus de 300 personnes qui se sont retrouvées dans cette osmose de la gasconnité contemporaine.

Le vendredi fut dédié aux enfants. Toute la journée s’est déroulée dans une succession de pièces de théâtre, de danses, d’initiation aux jeux traditionnels tels que le jeu de quille ancien. La journée s’est clôturée par un concert  de l’incontournable Alidé Sans. Il s’est achevé en effervescence avec les enfants sur scène ayant rejoints l’artiste.
En soirée, une table ronde s’est tenue dans le cadre de la collaboration de l’Ostau Comengés autour du projet européen Tramontana. Il y fut question du patrimoine immatériel des montagnes d’Europe, déroulé en quatre thèmes : les langues parlées, les danses traditionnelles, l’activité économique de montagne du pastoralisme et son devenir. Les intervenants venaient de Gascogne, d’Italie, de Pologne.

Le samedi fut dédié à la transmission durant la journée. Les stages portaient sur la pratique musicale et le répertoire instrumental, le chant et la danse traditionnelle. Le repas fut précédé d’une restitution des ateliers, particulièrement émouvant dans l’exercice des polyphonies pyrénéennes. Dans la cohérence de l’esprit de la manifestation, les repas furent le fait de producteurs locaux.

Alidé Sans a ouvert la soirée avec son musicien, et toujours cette énergie époustouflante, dans une expression toute personnelle. La présence pleine de vie d’Alidé et ses textes en aranais invitent à considérer que le gascon en Comminges demeure bien une langue vivante. Le duo Cance-Courtial s’est lui aussi inscrit dans la modernité au plan instrumental, maitrisant avec excellence le lien instrumental de la basse électrique avec le chant, sans que l’expression singulière occitane en soit altérée.

Le groupe Eth Chòt e Comphania a clôturé la soirée dans une belle formule tant visuelle que musicale. C’est le parti pris de l’intemporalité qui est mise en avant dans leur première présentation ce soir là. On pouvait entendre en même temps du chant polyphonique, des instruments traditionnels tels que la vielle à roue, la cornemuse et l’accordéon diatonique. La mission deth’Ostau-Comengés se situe sur le temps long dans sa vocation de transmission de la culture gasconne. Malgré la majorité masculine des interventions, le Festival est demeuré fidèle à son engagement, avec une programmation en plein équilibre entre l’intemporalité et la modernité. Considérant l’impact au féminin d’Alidé Sans, et la chanteuse d’Eth Chòt, ce sera encore cette fois le souvenir d’une soirée inoubliable qui restera.