Opération spectaculaire ce matin à Gourdan Polignan, sur la rive droite de la Garonne. La passerelle piétons / cycles devant relier les deux communes était mise en place par une grue géante de 1200 tonnes, exemplaire unique existant en France (50 en Europe, 80 dans le monde). Des chiffres : 100 mètres de flèche principale, un contrepoids de 202 tonnes.

La brume s’était invitée au début de la manifestation, mais dès que les deux morceaux furent posés, le soleil et le ciel bleu ont dominé.

C’est un projet qui dure depuis plusieurs années. La longueur totale de la passerelle réalisée en aluminium est de 70 mètres, en deux travées de 63 et 7 mètres. L’aluminium laqué a été retenu pour son côté sans entretien. Le platelage est en bois exotique imputrescible. Côté golf de Montréjeau, il sera mis en place un ascenseur pour permettre aux personnes à mobilité réduite d’emprunter l’ouvrage. Celui-ci sera opérationnel au plus tard le 1er juillet prochain.

Le projet a été étudié par le bureau d’études INGC d’Auch. Les entreprises ayant participé : Colas, MV-TP de Saint Laurent de Neste et Pech’alu international de Lorient (Bretagne), le fabricant de la passerelle. La mise en place a été réalisée par SE Levage.

Beaucoup d’habitants de Gourdan, mais également de Montréjeau assistaient à «l’évènement ».

Des personnalités également et des élus.

Interviews :

Eric Miquel, maire de Montréjeau : « C’était un vieux rêve que les deux rives de la Garonne soient reliées. C’est une très bonne chose pour le développement futur du lac. Ce côté (Gourdan, ndlr), risque de nous ouvrir d’autres possibilités. Mais ceci appartient à la municipalité de Gourdan et au propriétaire privé qui possède le foncier. Il y a du potentiel, mais la route sera encore longue ».

Patrick Saulneron : « C’est un moment historique car cela faisait un moment que nous avions promis cette passerelle, aujourd’hui, elle est réalisée. Deux avantages : relier les Gourdanais aux Montréjeaulais et un élément sécuritaire qui obligera désormais les élèves du lycée Paul Mathou à emprunter cette passerelle plutôt que le pont SNCF. Côté Gourdan, cette passerelle tombe sur une friche industrielle de 50 ha et nous pouvons imaginer certains projets. Beaucoup d’entreprises se sont rapprochées de moi pour créer des choses sur le thème du loisir, mais cela ne sera jamais concurrentiel avec l’existant. »

Patrice Rival, conseiller départemental, représentant Georges Méric : « Ce projet est très important au niveau touristique. Le département était là pour aider ce projet. »

Loïc Le Roux de Bretagne, président de la Communauté de Communes Cœur et Coteaux du Comminges : « C’est un grand symbole dans le sens où on traverse une rivière pour joindre deux territoires. C’est important. Cette opération s’est faite en partenariat entre deux communes et deux communautés de communes et des entreprises. Lorsqu’on se met tous autour d’une table ou lorsque tous nous nous mettons derrière un projet, la réalisation ne peut être que plus belle et plus réussie. On remarque que depuis la fusion des intercommunalités, il y a une vraie volonté de travailler ensemble, et c’est ce mot ensemble qui est important. »

Alain Castel, président de la Communauté de Communes Pyrénées Haut-Garonnaises : « C’est une belle réalisation qui va permettre plusieurs choses. D’un part sécuriser les lycéens qui ne passeront plus sur le pont SNCF et relier les deux villages. Si les zones sont aménagées des deux côtés, ce sera bien pour le tourisme. »

Marie-Paule Demiguel, sous-préfète de Saint-Gaudens : « C’est un projet qu’on m’a présenté lorsque je suis arrivée et que je vois aboutir. C’est un très beau symbole. Cette passerelle relie deux communes, deux territoires. C’est un lieu de passage, de sécurité. Il peut aller dans le développement du tourisme. »

Un casse-croûte préparé et offert par la mairie de Gourdan-Polignan clôturait cette sympathique manifestation.