Mathieu Guilbert, un nom qui devient synonyme d’accordéon pour beaucoup dans le Comminges. Mathieu, enfant de Couret pour avoir suivi son père, musicien et professeur de solfège, dans les bals, les fêtes de village, a attrapé le virus du musette.

Il est un jeune espoir mais dans un même temps il a déjà bien le pied à l’étrier. « J’avais très très envie d’avoir un accordéon. Un jour mon père a fait tomber le sien et un voisin lui en a prêté un en attendant. Quand mon père a pu remplacer son accordéon,  à force de demander, celui du voisin, m’est finalement revenu. Et c’est à partir de ce moment là, à 13 ans que j’ai pu commencer véritablement à jouer » explique Mathieu. Depuis il enchaine les occasions de jouer et il remercie Dominique Milan de la Chorale de Couret de l’avoir intégré chaque fois que c’était possible, avec la chorale, le jour de la fête, au vide grenier … On l’écoutait aussi aux commémorations, aux apéritifs de la commune …

« Quand j’ai rencontré Daniel Camus, des Troubadours du Comminges il m’a demandé si je voulais faire des galas. J’ai bien sûr été d’accord et là, j’ai eu l’opportunité de jouer avec des grands noms de l’accordéon comme, Jérôme Bandioni, l’accordéoniste de Patrick Sébastien, Jérôme Labat, champion du monde d’accordéon, Bénédicte Grimal sacrée « Fille aux doigts d’Or ». Puis, David Firmin qui dirige un grand orchestre du Sud a accepté de me parrainer. Il me donne des conseils, m’invite quand il vient à proximité » renchérit Mathieu.

Son talent, son plaisir à jouer ont été remarqués mais Mathieu ne compte pas que là dessus. Il joue de l’accordéon, tous les jours pendant au moins 1h et demie, plus le week-end.

L’été approchant, les concerts, les fêtes et autres galas vont redémarrer. Il est invité à la mythique course cycliste « La route de l’Occitanie » avec les « Amis de l’accordéon ». C’est une association commingeoise qui le suit et l’aide pour le matériel de sonorisation, entre autres. Pour l’instant Mathieu est mineur et joue bénévolement. Beaucoup d’autres dates dans l’agenda.

Et les études dans tout ça ?

Mathieu n’en garde pas moins la tête sur les épaules il prépare un bac professionnel au Lycée Casteret de Saint-Gaudens « Car le musette c’est bien mais on ne sait pas trop quel est son avenir, » explique t-il . En attendant il concilie parfaitement musique et études pour la plus grande joie de sa famille. « Ce sont mes grands parents qui m’ont offert mon nouvel accordéon » termine t-il avec émotion.

J.Mothe