Jérôme Tarbouriech, a été chargé voici quelque temps du projet de la valorisation de territoire, en l’occurrence de la tuilerie de Blajan, étude qui s’inscrit dans le dispositif carte blanche du département. Il était accompagné de 4 jeunes designers de la prestigieuse école Boulle.

Le but de ces études est l’élaboration d’un projet ambitieux mais cohérent. La seule problématique de taille reste le financement. Les 50 000€ du loto du patrimoine ne serviront qu’à consolider les structures de la tuilerie. Pour Jérôme Tarbouriech, il s’agit de valoriser le territoire en y apportant du culturel mais dans un but de développement économique et touristique. Pour eux il est important que les blajanais s’approprient le projet qui va en découler, d’où leur rencontre.

« C’est un lieu chargé d’histoire, de souvenirs, d’émotions, on doit ouvrir les portes en ce sens », affirme Karl Mazlo, un des designers. Pour lui, « Nous pouvons être au travers de nos créations où l’on met en avant Blajan, une vitrine tournée à l’international».

Il ressort la mise en avant du côté historique avec  le four Hoffmann, en excellent état de conservation, l’histoire des hommes, de leur lutte pour sauver leurs emplois. Histoire en lien avec celle du Comminges : l’aurignacien, la Vénus de Lespugue, la villa gallo-romaine de Montmaurin. Le fil conducteur en est la terre, la main de l’homme.

Des contacts ont été pris avec l’école supérieure d’art des Pyrénées de Tarbes, intéressée pour créer une résidence d’artiste, et pourquoi pas l’ouvrir à l’Espagne avec qui cette école travaille déjà. Il existe peu de lieux de création avec une telle hauteur, de tels volumes, donc faire venir des étudiants autour de cette terre de partage est intéressante. Idée de créer un centre d’exposition et de vente avec des pièces d’exception, ainsi lui donner un coup de projecteur vers l’international.

Quatre designers de l’école Boulle à Blajan.

Les quatre designers de l’école Boulle, voient en la tuilerie de Blajan, et son entrée dans la modernité par les résidences d’artistes, la potentialité de faire connaitre le Territoire à l’international. De sa richesse patrimoniale Blajan rebondit pour construire son avenir.

Quatre artistes reconnus, chacun dans leur domaine : Dimitry Hlinka, marqueterie, ébénisterie, Vincent Laval, ébénisterie et sculpture bois, Karl Mazlo, orfèvrerie, Maxime Bellaunay, ébénisterie, ils réalisent des objets conjuguant différents savoir-faire et matériaux. Ils sauront intégrer la terre, la brique dans leurs créations pour des modèles d’avant-garde.