Faire de la politique au sens premier du terme est une cause noble et il est bon de le souligner lorsque les élus locaux s’emparent d’une problématique emprunte d’un grand humanisme. Les communautés de communes du Volvestre et de Coeur de Garonne ont décidé que leur territoire, dont le notre, deviendrait un territoire inclusif ! Une conférence de presse animée par Denis Turrel président de la communauté de communes du Volvestre et du vice président de Coeur de Garonne Roger Duzert.

Dans un premier abord et pour le commun des mortels cet adjectif est pour le moins surprenant voir incompréhensible. Il part d’une philosophie simple : Ce n’est pas aux handicapés de s’adapter à la société mais à la société de faire en sorte que les handicapés puissent vivre dans la cité, avec leurs handicaps, tout simplement comme tous les autres citoyens. Gommer les différences pour les faire disparaître un jour.

De nombreuse démarches et des réflexions liminaires ont été menées par les référents depuis novembre 2018. Le président du conseil départemental de la Haute Garonne et le directeur de l’ARS ont soutenu le projet auprès du secrétariat d’Etat chargé des personnes handicapées. C’est ainsi que le 16 janvier 2019, la ministre Sophie Cluzel reconnaît les deux communautés de communes comme inscrites dans la démarche « territoire 100% inclusif. »

Et maintenant au travail

D’ici le 30 mars 2019, date à laquelle une feuille de route devra être remise au ministère à Paris, il s’agit de retrousser les manches et de réfléchir à des propositions concrètes, pragmatiques et visibles par les habitants. Chacun pourra être force de propositions à travers des ateliers participatifs qui auront pour vocation de faire émarger des solutions et il conviendra ensuite de les prioriser.

– Le mercredi 13 mars 2019 à 18 heures, centre socio-culturel du bois de Castres à Carbonne

– Le mardi 19 mars 2019 à 13h30 à la maison de service au public au Fousseret

Une ambition collective

Il s’agit avant tout, bien sur, de faire évoluer le regard sur le handicap en n’oubliant pas qu’à tout instant ce statut peut nous toucher de près. A travers les collectivités territoriales, les usagers, les acteurs et professionnels de terrain, le COPIL, les institutions il faut développer des synergies locales, impulser des projets inclusifs et faire évoluer les représentations.

Les champs structurants

  • L’accès aux droits, à l’information et aux soins
  • La citoyenneté
  • La crèche, l’école et la vie étudiante
  • L’habitat et le logement
  • La mobilité
  • L’emploi

Lecteurs de Petite République, on compte sur vous

Bien sur partagez sans compter cet article mais soyez également force de propositions. N’hésitez pas à nous signaler des cas positifs ou négatifs liés à l’handicap. Proposez nous des portraits à réaliser d’handicapés qui ont des choses à dire ou des familles qui les soutiennent. Faisons de ce territoire inclusif, notre territoire inclusif ! Albert Einstein disait : « Nous aurons le destin que nous aurons mérité. » (comment je vois le monde 1934)