Il y a quelques jours, c’était au tour du 3° R-Mat (Régiment du Matériel) de présenter les vœux à la Cité.

Et pour l’occasion, tout ce qui compte dans le paysage de la Nation avait tenu à être présent. Madame le sous-Préfet, de très nombreux maires ou représentants, la gendarmerie, les pompiers, la police municipale, les associations patriotiques prouvaient les liens qui unissent le régiment à la vie dans la Cité.

Le Colonel Delalez a tout d’abord dressé un bilan réaliste de l’année écoulée :

Tout d’abord, la vie de l’Armée de Terre avec les contraintes de l’insécurité entraînant des effectifs soustraits pour participer à l’opération « sentinelle » avec la mise en place du modèle de « l’armée au contact », les missions dans le cadre des opérations extérieures. Pour toutes ces actions, il a tenu à remercier les familles pour ce soutien, tout en ne minorant pas qu’elles exprimaient une attente en termes de reconnaissance, d’accompagnement et d’informations. L’Armée de Terre arrive à l’âge de maturité de sa professionnalisation. En moyenne, 55% des officiers sont issus du recrutement interne. Pour ce qui est de la vie du régiment, il est partagé entre Muret, Vayres et Montauban. Il compte 1188 personnels, dont un tiers de Personnels Civils de la Défense, et 117 réservistes.

Pour 2019, le régiment sait déjà qu’il sera engagé au Liban, en Côte d’Ivoire, en République de Centrafrique (pour la 100ème fois).

Comme l’armée est composée de femmes et d’hommes, ces militaires, qui n’ont pas fait le choix de la simplicité et de la facilité dans leur métier, sont aussi des citoyens intégrés dans la commune.

C’est ainsi que, dans le Muretain, vivent 119 civils, 275 militaires et leurs familles et que 300 enfants du régiment sont scolarisés sur ce territoire.

Pour conclure, le colonel a tenu à remercier monsieur le maire de Muret d’avoir permis à l’étendard du régiment d’honorer les commémorations du centenaire de l’armistice.