La préfecture de Haute-Garonne communique : « Le 18 octobre 2018, Madame la Garde de Sceaux a dévoilé le programme immobilier pénitentiaire, qui prévoit la création de 15 000 nouvelles places de prison.

D’ici 2022, 7 000 places en détention seront livrées et les chantiers de 8 000 autres lancés.

A l’issue d’une étude de faisabilité du site de Muret, identifié en 2017 par le préfet de la Haute-Garonne en concertation avec les partenaires institutionnels, Madame la Garde des Sceaux a confirmé le choix de construire une nouvelle maison d’arrêt à Muret.

Cet établissement permettra :

– d’améliorer les conditions de détention (encellulement individuel, douches individuelles, espaces de socialisation intérieurs et extérieurs…),

– d’améliorer les conditions de travail pour le personnel pénitentiaire,

– répondre aux exigences de sécurité et de sûreté,

– de favoriser une réinsertion active des détenus,

– de disposer d’un cadre architectural contribuant à l’apaisement.

La capacité du futur établissement sera de 600 places. Environ 200 personnels de l’administration pénitentiaire seront affectés au sein de la nouvelle maison d’arrêt.

Cette construction portera à trois le nombre d’établissements pénitentiaires en Haute-Garonne avec le centre pénitentiaire de Seysses (700 places) et le centre de détention de Muret (600 places).

Ce nouvel établissement intégrera dès sa conception des réponses respectueuses de l’environnement (énergie renouvelable, charte chantier faible nuisance, gestion des eaux, etc…). Des clauses d’insertion seront également intégrées aux marchés de travaux liés à cet important chantier.

Le calendrier prévisionnel prévoit une pose de la première pierre en 2022 et une livraison en 2024.

Une phase de concertation publique préalable, avec désignation d’un garant par la commission nationale du débat public, sera lancée en 2019. Les résultats de cette concertation seront annexés au dossier d’enquête publique préalable aux différentes autorisations administratives nécessaires à cette opération. »