L’alimentation grande cause régionale 2018.

Carole Delga, Présidente de la Région, a choisi de faire de l’alimentation la grande cause régionale 2018. Un choix fort qui doit déboucher sur des politiques concrètes et innovantes dans le champ de la production, de la consommation et également de l’éducation.

Marie-Caroline, comment le Conseil régional entrevoit il de mener ce sujet ?

Jusqu’à l’été prochain, une grande concertation citoyenne donnera la parole aux consommateurs d’Occitanie afin d’enrichir le travail mené en amont avec les acteurs du territoire et les collectivités.

Cette grande concertation, inédite en France, permettra de construire ensemble le futur Plan alimentation régional.

Ce plan concerne quelle population ?

L’alimentation touche toute la population. Je pense en particulier aux jeunes dans les cantines scolaires. 25 millions de repas sont servis chaque année dans les 193 restaurants scolaires des lycées de la région. L’objectif est de porter à 40% la part de produits locaux de qualité d’ici 2021. Je pense aussi à nos agriculteurs que l’alimentation doit faire vivre. C’est un secteur essentiel de l’économie régionale avec 165 000 emplois, 82 515 exploitations, 1990 entreprises agroalimentaires dont 400 coopératives et 160 filiales. Le secteur agricole et agroalimentaire représente 22 milliards d’euros de chiffre d’affaire. Et il assure 14% des emplois régionaux ce qui en fait le 1er employeur d’Occitanie devant le tourisme ou l’aéronautique.

Comment voyez-vous cette concertation populaire ?

La structuration et le développement des filières économiques locales, afin d’adapter la production à la demande régionale, sera un des enjeux majeurs du futur plan alimentation. C’est pourquoi il est important que nous soyons nombreux à répondre au questionnaire qui est en ligne sur le site de la Région : www.laregion.fr/alimentation.

Ces contributions citoyennes permettront de dresser un état des lieux des modes et pratiques de consommation en Occitanie. L’analyse de ces résultats et des réunions territoriales, permettra d’élaborer plusieurs scenarii du futur plan. Et fin d’année 2018, une votation citoyenne demandera aux habitants de choisir les actions prioritaires ou de pondérer les différentes propositions.