Ces dernières années les organisations syndicales Solidaires et CGT des Finances Publiques ont plusieurs fois dénoncé la situation des services en Comminges :

Suppression de trois Trésoreries ( L’Isle en Dodon, Aspet, Aurignac), transfert sur Toulouse de missions ( fiscalité immobilière, contrôle), tensions dans les services avec un grand nombre d’emplois non pourvus et un impact lourd sur l’exercice des missions au service des usagers particuliers, professionnels et des collectivités locales.

Ce jeudi 15 février ils étaient de nouveaux rassemblés, avec les personnels de Saint Gaudens pour dénoncer un nouveau recul du service public. Ce jour, un Comité Technique Local était convoqué à la Direction Régionale des Finances Publiques de Haute-Garonne. L’ordre du jour étant le transfert de la mission enregistrement qui ne sera plus gérée à Saint Gaudens mais à Toulouse à partir du 1er avril. Cette réunion ne s’est pas tenue car les organisations syndicales ont boycotté cette convocation pour alerter publiquement de ce nouveau recul du service public en Comminges.

Les personnels rassemblés ont ainsi témoigné des difficultés des services et de l’impact que cela a sur les populations.

Yves Peyras, secrétaire de Solidaires Finances Publiques 31, a interpellé solennellement les élus locaux pour « qu’ils mouillent enfin le maillot » sur ce sujet central pour leur territoire. Alors que le Gouvernement va annoncer très prochainement des mesures de restrictions et d’abandons de missions publiques, il souligne l’importance de défendre et de faire vivre le service public en Comminges. Boris Beaudoin, responsable de la CGT Finances Publiques, s’est prononcé dans le même sens en soulignant la problématique globale des luttes en cours au-delà de la DGFIP avec les mobilisations dans l’éducation, dans la fonction publique hospitalière, les EHPAD….

La mission enregistrement recouvre la réception des actes et déclarations (de succession, de dons, donations, partage, levée d’assurances-vie), leur analyse et la liquidation des droits éventuels qui en découlent. Ce sont près de 3000 actes qui ont été enregistrés en 2017 à Saint Gaudens. Le transfert à Toulouse entraînera des difficultés lourdes pour les usagers.