C’est dans la salle des fêtes de Capens que tous les socialistes du Volvestre s’étaient donné rendez-vous. Une centaine de militants venus en fraternité, sourire aux lèvres. Une envie folle de reconstruction, de gommer les erreurs du passé dont il faut tenir compte et surtout regarder devant. La France a besoin de partis politiques pour asseoir sa démocratie mais ils devront se rénover, faire leur révolution interne pour porter un projet crédible et de gauche en ce qui concerne le parti socialiste…

Force est de constater que les idées ne manquent pas et que la nouvelle génération veut prendre toute sa part dans cette reconstruction. Il semblait évident de constater que les militants ne veulent plus de combat d’égo et il n ‘y a plus la culture du chef. En l’absence d’un leader charismatique comme l’avait pu l’être un Blum, un Mitterand, les socialistes haut-garonnais se concentrent sur le projet et uniquement le projet. Quels sont les valeurs que doit porter le parti socialiste pour ce XXI° siècle? A l’instar de leur premier secrétaire départemental Sébastien Vincini qui avait fait le déplacement à Capens, les socialistes du Volvestre creusent le sillon de l’avenir. Ne faut il pas s’appuyer sur la réussite des territoires pour proposer la concorde qui rassemblerait le peuple ?

Nombre d’élus avaient souhaité être présents. On notait la présence de Claude Raynal, sénateur, Maryse Vezat, première vice présidente du Conseil départemental, Marie Caroline Tempesta conseillère régionale, Denis Turrel président de la communauté de communes du Volvestre, Gérard Roujas président du Pays sud toulousain ainsi que de nombreux maires. On notait l’absence de Patrick Lemasle maire de Montesquieu et ancien député qui se fait très discret ces derniers temps.

Comme seul sait le faire le parti socialiste, on a débattu avec passion et détermination, chacun voulant apporter sa pierre à l’édifice. Un édifice dont les fondations devront se montrer solides si les militants ne veulent pas que le château de cartes s’écroule. L’heure est à l’espoir et aux lendemains qui chantent. En raison de la politique économique qualifiée de droite, nombre de militants qui avaient succombé au chant des sirènes Macron commence à le regretter amèrement. Et ils sont persuadés qu’il y a une grande place pour un futur parti socialiste humaniste.

A quand une seule section du parti socialiste en Volvestre celui-ci étant découpé pour l’instant selon les anciens cantons Montesquieu, Rieux et Carbonne. Ne dit-on pas que l’union fait la force…

Boudha disait : «  “Le bonheur est né de l’altruisme et le malheur de l’égoïsme.”