Rappel des faits :

Tout le monde se souvient de cette histoire qui se déroule dans le petit village de Plagne, non loin de Cazères sur Garonne. Un bourg qui pourrait connaître des jours heureux et apprécier le bonheur dans le pré, mais voilà… Depuis de nombreuses années, le maire Henri Rouaix veut interdire à Josette Boué et à sa fille Bernadette de gaver des canards, activité qu’elles pratiquent pourtant depuis de nombreuses décennies dans un même lieu. Comme si elles n ‘en avaient pas assez à gérer avec les problèmes récurrents de la grippe aviaire !

Intervention des services de la gendarmerie, procès au tribunal administratif, rien ne sera épargné à cette famille terriblement affectée par tant d’acharnement. Un comité de soutien aux victimes est monté, des manifestations sont organisées contre celui qui est désigné comme « l’agresseur » alors qu’il est lui même agriculteur. L’un des leaders du comité de soutien est Patrick Mignard, ancien professeur d’économie à la faculté de Toulouse. Il est à la tête d’une association de défense du monde paysan. Il produit sur son blog un conte imaginaire signé « Merlin l’emmerdeur » qui précise bien que toute ressemblance avec des personnes…. serait fortuite. Cette légende décrit les agissements d’un despote où s’entremêlent ogre, sorcières et princesses quelque peu caricaturés. Monsieur Henri Rouaix, se reconnaissant dans ce conte comme le despote peu fréquentable, porte plainte contre « Merlin l’emmerdeur » pour allégation diffamatoire.

Le procès s’est déroulé à la 6° chambre du TGI de Toulouse devant un public très nombreux et des associations venues soutenir le prévenu. Très rapidement, les allégations supposées mensongères de Patrick Mignard ont été oubliées pour faire place à la dénonciation des pratiques quelque peu contestables du maire de Plagne.

Mis en délibéré, le résultat tant attendu vient de tomber : Patrick Mignard est relaxé. Dans sa grande sagesse, le tribunal n’a pas suivi le maire de Plagne qui voyait des allégations mensongères là où, visiblement, il n’ y en avait pas !

 

Patrick Mignard,quelles sont vos premières impressions?

« Mon avocat Pascal Nakache vient de m’aviser du jugement rendu par la 6° chambre. Je suis très heureux que la Justice ait compris qu’à l’instar de Jean de La Fontaine ou d’autres je me suis servi du conte pour dénoncer des pratiques inacceptables que ce soit à Plagne ou ailleurs. L’humour possède une grande Force. D’autre part, il est également très appréciable que le contexte général d’une vie sociale délétère à Plagne ait été mis en avant lors du procès et que les juges y aient été visiblement sensibles. J’espère que cela pourra servir d’avertissement à tous les despotes d’ici ou ailleurs: la Vérité finit toujours par triompher. C’est aussi un encouragement à tous ceux qui subissent des situations intolérables: Se battre est toujours nécessaire pour faire triompher la Justice. »

Et vous Josette Boué. Que vous inspire ce résultat?

« Je suis très heureuse de ce résultat. Monsieur Rouaix nous a détruits par son acharnement et heureusement que nous avons trouvé sur notre chemin des bonnes personnes comme Patrick Mignard. Il nous a soutenus avec beaucoup de générosité et de désintéressement et sans lui on aurait sans doute sombré dans la dépression ou que sais-je encore.  Depuis cette affaire j’ai perdu le sommeil et je suis devenue fragile émotionnellement. S’il avait été condamné, cela aurait été pour moi un véritable drame et une incompréhension totale. Je suis soulagée et cela est vraiment un poids en moins. Je m’en serais voulue s’il avait été condamné à cause de moi. Je profite pour remercier tous les gens qui nous ont soutenus dans cette très pénible épreuve qui dure encore dans l’attente d’un résultat d’appel au tribunal administratif de Bordeaux. Monsieur Rouaix ne nous aura rien épargné, la cruauté n’en finira jamais, c’est à désespérer »