C’était dimanche 28 mai 2017 aux environs de 10 heures 30 ou 11 heures. Les quelques 250 habitants du tranquille village d’Auribail vaquaient à leur occupations habituelles. Tout est toujours si calme sur ces collines du Volvestre où seuls des contemplatifs viennent admirer parfois le point de vue exceptionnel sur la chaine des Pyrénées.

 

Dans une ferme de la commune vivent P…. âgé de 87 ans. La vie ne lui a pas fait de cadeau mais il tient le coup comme il peut. Avec son fils R… âgé de 49 ans, ils se soutiennent mutuellement dans l’adversité des jours qui passent et qui se ressemblent tellement. Dans cette famille, on a le respect absolu des institutions et des gens qui la symbolisent. On fait confiance aux représentants de l’ordre dont on n’envisage même pas de se méfier.

 

Ce matin là, deux gendarmes se présentent à la ferme. Certes avec du recul leur uniforme n’était peut être pas très réglementaire surtout au niveau du pantalon mais ce qu’il disaient semblaient tellement vrai et ils avaient une carte professionnelle. C’était forcément des vrais bien sur !Ils étaient accompagnés d’un troisième individu, visiblement le voleur que les gendarmes venaient d’interpeller. On est content quand les gendarmes arrêtent les voleurs.

Le chef des gendarmes expliquent alors à P…. et R… qu’il y a une recrudescence de cambriolages sur le secteur, chose vraisemblable puisqu’à Saint Sulpice sur Lèze plusieurs vols dans habitations ont réellement été commis ces derniers temps. Avec beaucoup d’aplomb et d’assurance, ils convainquent les victimes qu’ils doivent vérifier si quelque chose a été dérobé dans le domicile. « Mais faites donc » a du dire avec politesse notre vieux monsieur respectueux. Par malchance le reste de la famille était absente. Ils étaient partis vendre les légumes au marché de Tournefeuille car ils sont maraichers. Coïncidence ou repérage abouti ?

 

Fort heureusement aucune violence n’a été commise. Les faux gendarmes ont fait le tour de l’habitation et ont demandé au fils d’ouvrir les meubles pour vérifier si il y avait encore des objets de valeur. Il s’est exécuté sans difficulté et avec confiance. Après avoir pris la précaution de débrancher le téléphone fixe et en n’emportant que le téléphone mobile du fils pour ne pas qu’il donne l’alerte, les trois pieds nickelés ont pris la fuite et ont disparu dans la nature.

 

Plus tard les vrais gendarmes ont été alertés. Il se sont rendus immédiatement sur place et ont ouvert une enquête. Espérons qu’ils trouvent les faux gendarmes pour les déférer devant la Justice. En attendant que chacun d’entre nous fasse attention. Si vous avez un doute, appeler votre brigade locale en faisant le 17 et demandez leur s’il est normal que des gendarmes qui vous paraissent bizarre (ou pas) soient chez vous. Ils vérifieront pour enlever toute suspicion. C’est difficile si en plus on doit se méfier des gendarmes… mais le monde a changé, il faut s’adapter.