Une détermination à toute épreuve : « Oui nous garderons la 7° circonscription »

C’est en présence de Georges Meric, président du conseil départemental et de Sébastien Vincini, premier fédéral du parti socialiste de la Haute-Garonne que le local de campagne de Marie Caroline Tempesta et de son suppléant Antoine Bonilla (PRG) a été inauguré.

De très nombreux militants et sympathisants de tout le territoire avaient fait le déplacement pour venir apporter leur soutien inconditionnel à celle qui portera les couleurs du parti socialiste et du parti des radicaux de gauche.

Si chacun s’accorde à dire que le parti socialiste a subi une lourde défaite à l’occasion de l’élection présidentielle, cela n’enlève en rien la détermination des militants présents, conscients que leur parti est nécessaire à la vie démocratique de notre pays et à l’équilibrage des forces. Toutes les personnes présentes remarquaient dans les discussions informelles que le gouvernement nommé penchait dangereusement à droite.

Remis de leurs émotions, ils sont déterminés à mener une campagne dynamique pour aller chercher chaque électeur pour le ramener à la réalité de la situation. Sébastien Vincini parlait de lendemain qui allait déchanter pour nombre de français éblouis un peu trop vite par un président qui reste avant tout un libéral. Non sans humour, il précisait : «La loi El-Khomri, c’est de la crème Nivéa à côté de ce qui se prépare avec ce nouveau Gouvernement !»

Marie Caroline Tempesta montrait sa grande détermination à travers un discours mobilisateur. Elle inscrivait son combat dans le côté historique du parti socialiste en citant les grandes figures de ce mouvement que sont Jean Jaurès, Léon Blum, Auriol ou François Mitterand. Ce parti a dans ses gènes et son ADN la défense des plus démunis et il se porte garant des libertés individuelles et de l’équité entre les citoyens. «La France doit rester sociale et égalitaire dans les droits» A l’instar de ce que pratique le conseil département de la Haute-Garonne, elle souhaite remettre la démocratie participative et le dialogue citoyens au centre des préoccupations. Pour conclure, elle demandait avec enthousiasme à toutes les personnes présentes de la porter vers la victoire : « «Oui, soutenez-moi et cette circonscription, nous la garderons»

Georges Meric, président du conseil départemental présentait la candidate comme une femme d’expérience qui possède une grande puissance de travail. « Elle fera une excellente députée » dira-t-il. Il commentait la nomination du premier ministre et de certains membres du gouvernement connus pour avoir des valeurs d’une droite forte et dure. «J’appelle à la lutte parce qu’aujourd’hui, on ne sait pas où l’on va avec un Gouvernement de droite » C’est en ce sens qu’il souhaitait que les députés socialistes rentrent massivement à l’assemblée nationale pour défendre les idées humanistes qui les caractérisent.

Des militants et des sympathisants revigorés qui veulent croire à leur chance de succès pour ces élections législatives.