Nous vous relations succinctement dans une précédente édition la course poursuite qui s’était déroulée à Montesquieu Volvestre le week-end dernier. Nous sommes désormais en mesure de vous en dire un peu plus.

Il était aux environs de 4 heures 30 ce dimanche 27 novembre 2016. Un groupe de jeunes, visiblement désœuvrés, fait beaucoup de bruit et a comme jeu favori de sauter sur des voitures en stationnement ! N’en pouvant plus et trouvant ce comportement plus qu’inacceptable, un riverain alerte le centre opérationnel de la gendarmerie. Le peloton de surveillance et d’intervention (PSIG) de la compagnie de Muret est immédiatement envoyé sur place pour faire cesser ce trouble à l’ordre public.

A son arrivée, nombres s’enfuient comme des mouches et ce, dans tous les sens. Un dialogue s’instaure entre les forces de l’ordre et les jeunes restés sur place. Pendant que les gendarmes procèdent au contrôle d’identité, le protagoniste de cette affaire, sorti de nulle part, revient vers les lieux de la scène, un tant soit peu arrogant selon nos sources. Il monte alors subrepticement dans un véhicule stationné et s’enfuit à folle allure, tous pneus crissants. Les militaires du PSIG décide alors de poursuivre ce véhicule dont le conducteur a un comportement suspect. Dans une embardée, le conducteur de la voiture percute celle des gendarmes et poursuit sa route en roulant « à tombeau ouvert ». Arrivé sur les allées, il perd le contrôle de sa véhicule et s’encastre contre le mur du commerce situé à l’angle de l’esplanade du Nord. Lorsque les gendarmes arrivent sur les lieux, il trouve le chauffeur inconscient au volant dans sa voiture qui a pris feu. Ils dégagent aussitôt celui que venait de leur foncer dessus lui évitant, sans nul doute, une mort atroce.

Blessé le conducteur est conduit à l’hôpital par les sapeurs pompiers de Montesquieu Volvestre escorté par la gendarmerie. Un tour de garde, très chronophage en personnel, est mise en place devant la chambre de l’intéressé tout le temps de son hospitalisation pour éviter toute nouvelle fuite !

Après avis médical, il est conduit dans les locaux de la gendarmerie de Montesquieu Volvestre où il est placé en garde à vue. Déféré au Parquet, il n’est pas présenté en comparution immédiate devant le tribunal correctionnel de Toulouse ayant exigé un délai pour préparer sa défense.

Ce multi-récidiviste très défavorablement connu des services de gendarmerie et de police sera jugé le 21 décembre 2016 à la chambre correctionnelle du tribunal de grande instance de Toulouse. En attendant l’audience, il a été placé en détention.