Les horloges font danser les aiguilles du temps, mais dans moins d’un mois des secondes vont se figer dans le cœur de trois Rivois. Ces archers viendront compléter la liste, déjà longue, des Rois du Papogay et prendront la succession de Damien Lac, Pierre Adouin et Patrice Fourcade, rois 2015.

Le Papogay est d’une originalité unique dans le sud de la France, loin d’un rituel, c’est une tradition qui vient colorer en jaune et vert l’hémoglobine de chaque archer depuis son plus jeune âge. Une passation de père en fils, mais pas que… De nos jours, une famille tout entière vit du vendredi au dimanche au rythme du tantiro et de ces fameux 3 mâts et plus particulièrement pour ces oiseaux.

Rius, la belle, commence à sentir la colle qui se dégage de l’atelier flèches (nocturne le vendredi 08 avril à 19h30).Elle se prépare à revêtir fièrement les quelques 350 costumes, fabriqués dans l’ombre et la bonne humeur. Rieux-Volvestre ouvre ses rues historiques aux chars impatients qui défileront le samedi et le dimanche ou encore illumineront et animeront le défilé nocturne du samedi. Les sabots commencent à claquer dans les armoires des arquièrots sous le regard intimidé des jupons et autres coiffes. Dans quelques jours, les oiseaux du parc des jacobins vont rester attentifs au tantiro que les jeunes fifres et tambourins feront résonner lors des répétitions (samedis 9, 16, 23 avril de 10h30 à midi).

La jeunesse qui manie aussi bien l’arc que l’art traduit son attachement à la tradition et à sa ville-cité par un graff reprenant les symboles de leur païs : le clocher de Sainte-Marie et ce diable de Papogay ! Ils le signent du bout de leurs flèches sous le pont du chemin profond.

Le bureau avance vers la dernière ligne droite, rien ni personne ne viendra les déstabiliser dans leurs différentes tâches et dans l’écriture du programme millimétré (bientôt dans vos boîtes aux lettres). Ils sécurisent mieux que personne l’héritage de leurs ainés. Ils tiennent les rênes à défaut de tenir les reines et offriront les plus belles fêtes de printemps pendant que d’autres n’oseront s’imaginer le travail effectué… Pour répondre à l’attente d’un public fidèle, cette année, 2 flèches, l’une jaune, l’autre verte, identiques à celles des archers, seront à la vente en édition limitée !

Comme disait Loulou Déjean « Personne n’est immortel et seule l’œuvre reste. Si elle est grande, on s’en souvient et l’embellit et si elle est solide, on s’y appuie dessus et s’en inspire ».

3 masts, 3 ausèls, 3 Reis mès uno sola fèsta : Le Papagaï ! (3 mats, 3 oiseaux, 3 Rois mais une seule fête : Le Papogay !).

Adishatz monde e la companhia

(avec la complicité de Frantz Milhorat)