L’amour décliné à tous les modes et à tous les temps

 

Dès l’inauguration, on a pu voir que que cette 6° édition de « Carbonne fait son cinéma » allait être un cru exceptionnel. Comment pouvait-il en être autrement quand le thème était « L’Amour, quel cinéma ». C’est d’ailleurs par un acte d’Amour que les festivaliers ouvrirent les hostilités. L’Amour de tous les cinéphiles pour Georgette Goubelet et sa passion du cinéma. Une bénévole au grand cœur qui n’ a de cesse de se mettre à la disposition des autres, à la disposition de l’intérêt collectif. Avec beaucoup d’émotion, elle reçut des mains de Bernard Bros, maire de Carbonne la médaille d’honneur de la ville. Une récompense méritée saluée par un tonnerre d’applaudissements. Chapeau l’artiste et respect pour tout ce que vous faites.

Un festival où l’on pu voir des avant-premières, des sorties nationales, des films inédits à Carbonne. Tout ceci ne serait pas possible sans l’investissement sans compter de dizaines de bénévoles et d’un public fidèle toujours plus nombreux. Ciné Carbonne a su trouver sa place dans le paysage culturel du Volvestre. Des programmations de qualité pouvant intéresser un large public.

On a pu voir et échanger avec des acteurs, des réalisateurs comme Guillaume Senez et son film Keeper, des distributeurs. Un monde du cinéma qui s’invite dans la capitale du Volvestre avec simplicité et bonheur. On a pu admirer le travail du jury des jeunes qui ont accompli leurs missions avec beaucoup de sérieux. Les débats furent ouverts pour s’accorder à récompenser les Ogres de Léa Feher.

Même la petite université populaire du Volvestre était de la fête. En préliminaire, si j’ose m’exprimer ainsi, du film Anomalisa, c’est la sexologue, sexothérapeute Elisabteh Roumiguier qui donna une conférence sur « la grandeur et misère de la vie affective et sexuelle ». Tout un programme dont l’exposé sobre mais explicite permis un débat de qualité. Il eut été facile de dire des débats mais la Vérité est ailleurs.

A la clôture du festival, ce fut la lecture du palmarès 2016 dont voici le détail :

Prix du public 3 films à égalité :

Les Ogres de Léa Feher

Keeper de Guillaume Senez 

et L’histoire du Géant timide de Dagur Kari

Prix du jury jeunes:

Grand Prix pour Les Ogres de Léa Feher

Prix du meilleur scénario pour  L’histoire du Géant timide de Dagur Kari

Prix d’interprétation pour Kacey Mottet Klein et Corentin Fila dans le film Quand on a 17 ans d’André Téchiné ainsi que 2 mentions pour Desde Alla meilleur film étranger de Lorenzo Vigas Castes et pour l’humour de Saint Amour de  Benoît Delépine et Gustave Kerven

Pour poursuivre ces moments heureux, pour permettre à ceux qui étaient là de revivre des instants magiques mais aussi pouvoir dire aux absents qui selon l’adage ont toujours tort , Petite République.com vous propose une série de prises de vues du photographe Jean Claude Vollmar. Des clichés pris avec la sensibilité de l’artiste qui fixe dans le temps et l’espace des moments de vie, des moments de bonheur. Moteur… Action