dfifhjih

 

En son temps, Monsieur le Maire de Plagne avait déposé plainte contre monsieur Patrick Mignard président de l’association pour la défense de l’activité paysanne. Ce professeur d’économie, auteur de nombreux ouvrages dont le fameux « manuel d’économie à l’usage de celles et ceux qui n’y comprennent rien » avait eu l’outrecuidance d’écrire sur son blog un conte intemporel qui ne pouvait que commencer par : il était une fois, jadis. Il était signé « Merlin l’emmerdeur » et on pouvait y découvrir un ogre pour le moins autoritaire, une sorcière et d’autres personnages hauts en couleurs. Il semble que monsieur Rouaix, maire de la célèbre commune de Plagne, se soit reconnu dans l’un des personnages malgré l’anonymat des créatures et des lieux et la mention : « Toute similitude avec une personne existante ou ayant existé… ». Il demanda toute affaire cessante réparation à la Justice.
Ce « délinquant de grand chemin » fut convoqué devant le tribunal correctionnel de Toulouse. Après avoir été reporté le 18 mai 2015… au 29 juin 2015.. puis en septembre 2015… puis au 15 février 2016, le procès devra avoir lieu en mai 2016 à une date non fixée…  et à condition qu’il ne s’agisse pas une nouvelle fois d’une « audience relais ». Pour les non initiés aux subtilités du jargon juridique, cette audience n’a pas pour but de juger l’affaire sur le fond mais tout simplement de déterminer une autre date de proçès !!!
Malheureusement, le tribunal correctionnel de Toulouse souffre, en effet, d’une carence d’effectifs en termes de magistrats et leur bonne volonté ne peut être mise en cause. Des audiences du matin au soir et donc certaines finissent très tard. Ces manques de personnels pèsent sans aucun doute sur le bon déroulement de la Justice. Le renvoi de nombre d’affaires à une audience ultérieure permet simplement de veiller à l’absence de prescription de l’action publique.